Formation de botanique alpine

Session de formation Formation, Culture scientifique et technique
15 juillet 2024 - 18 juillet 2024Villar-d'Arêne - Jardin du Lautaret
satgiaires en séance de détermination
Du 15 au 18 juillet 2024 : 4 jours de formation sur les fonctionnements et usages des communautés végétales d’altitude au jardin du Lautaret et alentours alternant sorties terrain et séances en salle pour appréhender les formations végétales alpines du secteur. Chaque groupement végétal sera présenté au travers de ses espèces structurantes, leurs déterminations floristiques, les particularités du milieu, son fonctionnement écologique et les interactions avec l’homme. Stage encadré par Maxime Rome, ingénieur recherche au CNRS responsable des collections du jardin du Lautaret.

Public concerné

  • Accompagnateurs/accompagnatrices et guides de haute montagne
  • Agents/agentes techniques de l’environnement, personnels des agences, des parcs
  • Techniciens/techniciennes pastoraux et de chambres d’agriculture
  • Pastoralistes
  • Personnels de bureaux d’études en environnement
  • Doctorants

Programme (susceptible de changer en fonction de la météo)

Jour 1 : Présentation des habitats des étages subalpins et alpins

10h-12h : Accueil des stagiaires au jardin du Lautaret
Présentation des structures encadrante (Jardin du Lautaret et CBNA). Notions botaniques : les grandes lignes de la classification végétale ; quelques outils pour la détermination végétale; notions d’étages de végétation et d’habitats. Introduction à la géographie, géologie, flore, au climat et aux activités agricoles du secteur Lautaret-Galibier.

13h30 : Les prairies à brome des terrasses de Villar d’Arène
Au niveau du village des Cours, nous présenterons l’importance agropastorale de cette formation thermophile.

15h30-18h : Les prairies à fétuque paniculée
Une formation dense à fort développement occupe les prairies autour du col du Lautaret. De nombreuses espèces sont présentes et se livrent à une forte compétition. Nous observerons l’évolution de ces prairies suivant qu’elles sont pâturées ou fauchées.

Prairie à fétuque paniculée : certainement une des formations herbacées locales les plus riches avec près de 70 espèces différentes.

Jour 2 : Les espèces structurantes des végétations de l’étage alpin

8h30 : RDV au col du Lautaret
Départ pour la combe à Saule herbacé et à Arabette bleue, vers le monument Desgranges (tunnel du Galibier)
À l’étage alpin, les dépressions de terrain restent enneigées de nombreux mois. Une flore particulière, à base de petites plantes vivaces en rosette, se développe pendant une courte période de végétation.

10h30 : Les crêtes du col du Galibier
Vers la table d’orientation, les éboulis schisteux et les entonnoirs de dissolution de gypse présentent une végétation très clairsemée à base de Liondent de montagne et d’Oxytropide fétide. Malgré les difficultés du milieu, on note une bonne diversité d’espèces végétales remarquablement adaptées.

13h30 : Apprendre à se servir d’une clé de détermination et appréhender l’identification des poacées d’altitude
Détermination en salle, des plantes collectées le matin et encadrée par les formateurs.

La Crépide naine, une espèce typique des éboulis schisteux de crêtes du Galibier.

Jour 3 : Les bas marais du col du Lautaret

8h30 : RDV au col du Lautaret
Départ pour la réserve naturelle du Combeynot, près des sources de la Guisane.
Observation des bas-marais acides à laiches noires.

10h : les bas-marais alcalins le long du GR50 en direction de Villar d’Arène
Bien représentées dans l’étage subalpin, ces zones marécageuses à Laiche de Davall se rencontrent près des ruisseaux. On y rencontre notamment diverses espèces à port graminoïde et quelques raretés locales.

13h30 : séance de détermination des échantillons prélevés

17h-18h: visite guidée du jardin du Lautaret

La Laiche de Davall, typique des bas marais acides.

Jour 4 : Les prairies à nardes et la megaphorbiaie

8h30 : RDV au col du Lautaret
Départ pour les nardaies ou pelouses à nardes, au pied du massif du combeynot. Nous verrons que ce type de pelouse rase, milieu ouvert maintenu artificiellement par l’homme, évolue après abandon des pratiques agropastorale en lande à airelles et genevriers.

10h-12h30 : La megaphorbiaie
Cette végétation de hautes herbes est présente sur les bas de pentes de la pyramide du Laurichard. Il s’agit d’un milieu humide et riche où la compétition pour la lumière est importante.

14h : Synthèse du stage

15h : Fin du stage

 

Maxime Rome Ingénieur CNRS et responsable des collections du jardin du Lautaret

Formation encadrée par Maxime Rome, docteur en biodiversité écologie environnement, il est actuellement ingénieur recherche au CNRS, botaniste et responsable des collections du jardin du Lautaret.
Publié le  27 avril 2023
Mis à jour le  9 février 2024